Cortus s’implante aux Etats-Unis et en Corée

Duc Nguyen Huu et Michael Chapman de Cortus

Le mouvement French Tech a été lancé par le gouvernement pour accélérer la croissance et le rayonnement international des start-up numériques françaises. La société Cortus, créée en 2005 à Montpellier, est l’exemple-même de ces jeunes pousses prometteuses. Cette entreprise spécialisée dans la conception de processeurs embarqués, prévoit de tripler son chiffre d’affaires en 2014.

Cortus est désormais implantée sur trois continents. Présente en Allemagne et en Grande-Bretagne depuis 2011, la société montpelliéraine poursuit son expansion : elle a créé une filiale dans la Silicon Valley en octobre 2013 et vient d’en ouvrir une seconde, mi-mars, en Corée. Créée en 2005 par Duc Nguyen Huu et Michael Chapman au sein de la pépinière Cap Omega, à Montpellier, Cortus conçoit des processeurs embarqués 32 bits destinés à produire des chips pour des marchés tels que la téléphonie mobile, l’automobile, les cartes à puces et tout autre système intégrant de l’intelligence embarquée. « Nos produits sont plus puissants, plus petits et plus économes en énergie que ceux de nos concurrents », souligne Laury Boulet, responsable administratif et financier. L’entreprise, qui réalise la quasi-totalité de son chiffre d’affaires hors de France, a levé 2,5 millions en 2013 pour se déployer à l’international. La filiale créée en Californie est destinée à commercialiser l’offre de Cortus sur le continent américain. L’implantation coréenne fournira un support technique aux clients de l’entreprise. L’effectif global, de 25 personnes (dont 21 ingénieurs), devrait atteindre 30 personnes en fin d’année et 48 en 2015. Cortus prévoit de tripler son chiffre d’affaires en 2014.

L’entreprise a pour objectif au cours des deux prochaines années d’avoir une présence locale dans plusieurs grandes régions du monde : Chine, Taïwan, Brésil et Japon. Ce développement international ne remet pas en cause la présence de Cortus à Montpellier. L’entreprise vient même de tripler la surface des locaux qu’elle occupe dans le parc Eurêka. « Nous trouvons ici les compétences dont nous avons besoin, précise Laury Boulet. 70 % de nos ingénieurs viennent de Montpellier. Il y a également ici un climat et un écosystème favorable au développement d’une entreprise comme la nôtre. »

 

Cortus

Montpellier Métropole Numérique

Se développer à l'international

 

Partager cet article