Smoove : du Vélomagg’ au Vélib’

Smoove : du Vélomagg’ au Vélib’

Attributaire en mai du marché du Vélib’ parisien, via le groupement Smoovengo, Smoove devient le numéro un européen des systèmes de vélos en libre service. Une consécration pour cette PME montpelliéraine qui exploite depuis 2008 le service Vélomagg’.

De septembre 2017 à février 2018, Smoove devra livrer à sa filiale Smoovengo (1) 25 000 vélos, dont 30 % de vélos à assistance électrique, en remplacement de la flotte exploitée jusqu’ici par l’ancien détenteur du marché du Vélib’, JCDecaux. Le chiffre d’affaires de la PME montpelliéraine, qui était de 9 millions d’euros en 2016, devrait ainsi bondir à 70 millions en 2017, avant de se stabiliser entre 30 et 50 millions d’euros à l’horizon 2022. En décrochant le marché du Vélib’ parisien, qui représente à lui seul 70 % de l’offre française de vélos en libre service, Smoove devient le leader européen du secteur et le numéro un mondial des systèmes de vélos à assistance électrique en libre service.

«Nous ne pensions pas aller aussi vite, admet Laurent Mercat, PDG de l’entreprise. L’idée était d’étudier très sérieusement le marché parisien pour apprendre, et être en capacité de l’emporter au tour suivant.» L’entreprise ne s’est d’ailleurs pas contenter de partir à la conquête du Vélib’. Retenue en mai par Sofia, en Bulgarie, elle espère équiper dans les mois à venir des villes comme Nantes, Barcelone, Luxembourg ou Bologne (Italie). «Il y aura d’ici à 2023 beaucoup de projets de renouvellement en Europe, observe Laurent Mercat. Nous allons tenter d’en profiter pour densifier notre réseau.» L’entreprise ne s’interdit pas non plus d’élargir son champ de compétence. «Dans le cadre de notre appartenance au groupe Mobivia, tout ce qui concerne la mobilité urbaine nous intéresse, qu’il s’agisse d’engins à deux, trois ou quatre routes, électriques ou pas, ou encore d’adaptation de la voirie

Présente à Lyon et désormais à Paris, Smoove n’en conserve pas moins son ancrage à Montpellier, où elle a tissé un réseau de partenariats. Elle travaille ainsi avec des sociétés comme Optitec, Choosit, Matooma, CGI ou In Efecto. «Nous avons développé tout un écosystème autour de nous, souligne Laurent Mercat. Nous espérons bien devenir l’un des acteurs de la French Tech montpelliéraine

(1) Le groupement lauréat, dont Smoove est mandataire, comprend aussi Indigo, Mobivia (par ailleurs actionnaire de Smoove) et Moventia.

En savoir plus :

- Smoove

- Se développer à l'International

mardi, 13 Juin, 2017

Partager cet article