Une ZAT pour réveiller Montcalm

Une ZAT pour réveiller Montcalm

Les 22 et 23 avril, la 11e ZAT (Zone artistique temporaire) s’invite au parc Montcalm, sur le site de l’ancienne Ecole d’Application de l’Infanterie (EAI). Ce grand espace vert public, à deux pas de la future Cité industrielle et créative, va se métamorphoser en terrain de constructions, de performances et de jeux. Pierre Sauvageot (Lieux publics) est une nouvelle fois le directeur artistique de ce rendez-vous populaire dont les 22 spectacles mêleront prouesses et insolite.

Les lapins géants lumineux d’Amanda Parer posés sur la pelouse, façon Alice au pays des merveilles ; des ados quittant leur nid et s’envolant avec Adhok ; un origami participatif avec Franck Bölter ; une sculpture monumentale déployée dans les arbres du parc par Johann Le Guillerm… La 11e ZAT qui va métamorphoser le parc Montcalm en cirque géant, risque de surprendre.

Pierre Sauvageot, directeur de Lieux Publics (Centre national de création en espace public), en assure la direction artistique, après celle de Figuerolles l’an dernier. Il a beaucoup misé sur le jeu. «Cet immense parc, avec les installations sportives militaires qu’il a conservées, se prête parfaitement au jeu : jeu des artistes avec le contexte, mais aussi avec le public qui va être lui aussi mis en jeu.» 

Le site de l’ex-EAI, en voie de renouvellement urbain, invitera les spectateurs à jouer aux maçons pour bâtir une «ville éphémère» avec des boîtes de carton, l’artiste Olivier Grossetête en maître d’œuvre. «Le quartier va changer, cela inquiète et fascine. Proposer au public de jouer à construire ensemble une ville imaginaire est un sacré enjeu», confie Pierre Sauvageot. Ce dernier met en avant des étudiants d’écoles artistiques de la ville (Balthazar, le cours Florent…) et propose aussi une ZAT (Zone d’activation temporaire) dans la ZAT. Une douzaine d’associations vont offrir des ateliers divers dans un objectif de «mixage culturel» : danses, bike polo, tao, de musique, échecs. Calme, le parc ne le sera certainement pas ces deux jours-là. «Jouer c’est partager ensemble des émotions et du rire. C’est important à une époque où il y de moins en moins d’espace pour ça.»

En savoir plus :

- ZAT 2017

- Vivre à Montpellier

mardi, 4 Avril, 2017

Galerie photo


Partager cet article