Toutes les actualités

Grâce à Biomotors, les véhicules à essence carburent au bioéthanol

Information mise à jour le 19/03/18

C’est une technologie verte conçue et fabriquée à Montpellier : Biomotors a déposé en 2015 le brevet d’un boîtier électronique de conversion essence/bioéthanol pour les moteurs à injection directe.

Alexis Landrieu, créateur de Biomotors @Edouard Hannoteaux

Alexis Landrieu, créateur de Biomotors @Edouard Hannoteaux

Une nouvelle règlementation braque les projecteurs sur ce marché porteur et l’entreprise de Vendargues, pilotée par Alexis Landrieu, accélère en ouvrant son capital en embauchant 12 personnes en 2018.

«À 0,69 € en moyenne le litre de superéthanol E85, notre procédé fait économiser 35 euros par plein*  et est amorti en un an et demi», assure le créateur de Biomotors Alexis Landrieu. Ce montpelliérain passionné a mis au point un boîtier électronique de conversion des voitures à essence au superéthanol E85.

«Le kit, breveté dès 2015, est made in Montpellier puisqu’il est fabriqué par Edgeflex», relève Alexis Landrieu.

Une levée de fonds de 1,4 million d’euros

Depuis trois ans, le jeune entrepreneur a contribué aux côtés du syndicat des industriels de l’alcool et du bioéthanol au cahier des charges d’une réglementation finalement publiée le 15 décembre 2017. «Le métier existait : nous avons déjà équipé 6 000 véhicules. Mais cet arrêté lui donne une reconnaissance et impose l’homologation des produits et l’agrément des installateurs.» Biomotors a envoyé ses kits dans la foulée au certificateur national Utac. «Les tests sont en cours, les homologations devraient s’échelonner jusqu’à l’été», évalue Alexis Landrieu.

Aujourd’hui, Biomotors est prêt à accélérer grâce à une levée de fonds de 1,4 million d’euros : le fonds innovant «vert» Inco et les business angels de Melies entreront en mars au capital et Bpifrance lui apporte son soutien. En outre, un passage dans Turbo de M6 a fait exploser les visites sur le site web. Installé depuis novembre 2017 à Vendargues, Biomotors enclenche donc la vitesse supérieure pour former les garagistes installateurs : «Nous avons une session par semaine, certains viennent de Strasbourg...»

L’entreprise vise aussi les professionnels (loueurs, taxis, centres auto...) et ses kits intéressent les constructeurs. Biomotors vise 1 000 garages partenaires à la fin de l’année et fera passer son équipe de 6 à 18 salariés en 2018. «En janvier, nous avons fait le chiffre de 2017», se réjouit Alexis Landrieu, qui table sur l’équipement de 1 500 véhicules par mois d’ici 5 ans.

* pour un réservoir de 50 litres

En savoir plus

Il y a 0 commentaire sur cette page