Toutes les actualités

Pour SurgiMAb, 2018 est une année pivot

Information mise à jour le 01/10/18

La biotech montpelliéraine SurgiMAb se prépare à lancer les essais de phase III de son composé fluorescent SGM-101 auprès de 300 patients atteints de cancers digestifs. Etape cruciale avant la commercialisation.

Françoise Cailler, PHD, présidente de SurgiMab ©Edouard Hannoteaux

Françoise Cailler, PhD, présidente de SurgiMab ©Edouard Hannoteaux

"Les résultats intermédiaires de l'étude clinique que nous sommes en train de finaliser montrent que les chirurgiens qui ont utilisé notre produit sur une cohorte comprenant 26 patients atteints de cancer colorectal, ont changé leur geste dans plus d’une opération sur trois", se félicite Françoise Cailler, PhD, présidente de SurgiMab.

La biotech, qui a été accompagné par le BIC de Montpellier, a en effet développé un produit fluorescent, baptisé SGM-101, qui permet de distinguer en temps réel la tumeur par rapport aux tissus sains. Ce procédé mis au point depuis 2011 dans les laboratoires de l'IRCM (Institut de Recherche en cancérologie de Montpellier) puis de Cap Delta, au sein du Biopôle Euromédecine, facilite l’acte chirurgical et devrait fortement réduire les risques de récidive.

La publication récente des résultats initiaux de l'étude clinique de phase I/II par des équipes néerlandaises, dans la revue scientifique de référence The Lancet Gastroenterology & Hepathology, a soulevé l’enthousiasme.

"L’intérêt tient au fait que le cancer colorectal a fait l’objet de progrès importants sur le terrain thérapeutique (chimiothérapie et immunothérapie), mais assez peu dans le domaine chirurgical, et nous sommes les premiers à lancer une étude-pivot", explique la co-fondatrice de la société.

300 patients seront concernés par cette phase III au sein de cinq cliniques ou hôpitaux américains et cinq établissements européens (Pays-Bas, Allemagne, Italie).

L’étude est financée à hauteur de 6,6 M€ par les investisseurs historiques de SurgiMAb : Cathey World Investment (Hong Kong) et Abalis Finance (Suisse) - des gestionnaires de patrimoine ou «"family office" dans le jargon financier. La Biotech cherche aussi à lever des fonds auprès d’investisseurs en capital-risque. Si l'étude est concluante, la commercialisation aura lieu fin 2020 ou début 2021.

En savoir plus :

- Surgimab
- Montpellier Capital Santé

Il y a 0 commentaire sur cette page