Toutes les actualités

Waste is more transforme les déchets en ressources

Information mise à jour le 19/10/18

Quel est le point commun entre un jeu d’assemblage de bouchons en plastique et un service de mobilité écologique ? Leur créateur, Waste is more, une startup verte innovante, accompagnée par le BIC de Montpellier et hébergée à Cap Omega.

Waste is more transforme les déchets en ressources ©Waste

« Notre objectif est de valoriser les déchets par le design et l’innovation », lance Mathieu Collos, qui a fondé la startup Waste is more avec Cyril Rheims, à Montpellier, en 2016.

Première création : clip-it, un jeu d’assemblage de bouchons en plastique à l’aide de petites pinces, elles-mêmes issues de la fusion et du moulage de ces petits objets fournis par l’association Bouchons d’amour, puis triés par couleur dans un établissement et service d’aide par le travail (Esat). Une boîte de jeu contenant des pinces et dix bouchons récupérés auprès d’Evian sera diffusée à partir de l’automne. Les enfants sont invités à collecter d’autres bouchons auprès de leur entourage, puis à les donner à une association quand ils n’en veulent plus.

« L’idée est de s’inscrire dans une économie circulaire et solidaire », souligne Mathieu Collos.

Autre projet lancé par les deux architectes montpelliérains reconvertis dans cette aventure : Tri-rider, testé en juillet-août sur le littoral. « Il s’agit de répondre à deux besoins : la collecte des déchets diffus sur le front de mer et la mobilité écologique dans une commune très étendue », explique l’entrepreneur. Un véhicule électrique, e-moke, avec chauffeur est mis à disposition des vacanciers et des habitants. En guise de paiement, ils doivent ramasser quatre déchets et les trier dans les quatre bacs dont le véhicule est équipé.

Une entreprise accompagnée par le BIC de Montpellier

Waste is more est accompagnée par le BIC de Montpellier depuis deux ans et hébergée dans la pépinière Cap Omega depuis avril.

« Nous bénéficions du programme Cap Croissance qui nous aide à bâtir une stratégie à long terme et chercher des financements. C’est ainsi que nous montons actuellement un partenariat industriel pour clip-it et un partenariat commercial pour le dupliquer au Japon », se réjouissent les deux fondateurs, ravis de se retrouver au cœur d’un réseau dynamique de startup.

En avril, ils ont levé 326 000 euros auprès d’INCO, qui accompagne les jeunes pousses de l’économie verte, et de la plateforme de crowdfunding Lita.co, rencontrée au cours d’une réunion “Montpellier capital-risque“ organisée par le BIC de Montpellier.
Il y a 0 commentaire sur cette page