Toutes les actualités

Les capteurs connectés Oceasoft dans nos boîtes de médicaments

Information mise à jour le 20/06/18
Accompagné à ses débuts par le BIC de Montpellier Métropole, le spécialiste de la protection des produits sensibles, OCEASOFT vient de signer un méga-contrat et fournira jusqu’à 1,5 million de capteurs connectés sur trois ans à un géant pharmaceutique américain. Créé en 1999 et coté en bourse depuis 2015, Oceasoft s’épanouit à Montpellier et mène de nombreuses collaborations avec les chercheurs montpelliérains.
Le micro-capteur connecté Phoenix® d’OCEASOFT conjugue précision, miniaturisation, une portée de 50 mètres, une durée de vie de trois ans et une certification internationale. Ces atouts ont convaincu un «géant pharmaceutique américain de signer en février le plus important contrat depuis la création de la société en 1999, se réjouit le fondateur et président, Laurent Rousseau. Dans le secteur du médicament, très “thermosensible“, nous poussons à l’établissement d’un standard.» OCEASOFT propose ses solutions innovantes de surveillance sans fil & connectées de la température, l’humidité et d’autres paramètres physiques des produits sensibles dans de nombreux secteurs. Ainsi la gamme de capteurs d’OCEASOFT pénètre aussi l’univers alimentaire, les services, la logistique ou la distribution.
Sur son dernier exercice, l’entreprise montpelliéraine a engrangé 6,1 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance de près de 18 %. Cotée sur Alternext Paris depuis janvier 2015, OCEASOFT emploie 81 salariés et a installé depuis un an une filiale aux Etats-Unis.
«Sans l’accompagnement initial de Cap Alpha durant trois ans, la suite aurait sans doute été plus compliquée, estime Laurent Rousseau. L’accompagnement nous a aidés à mener la réflexion sur la stratégie, à prendre les bonnes décisions, à ne pas tomber dans les premiers pièges, à faire appel à des investisseurs... Nous avons aussi participé avec profit à des missions internationales de la Métropole.» Pour le président d’OCEASOFT, «l’écosystème montpelliérain fonctionne : une grande proximité existe entre les acteurs et la volonté de dynamiser l’économie locale est partagée». La densité de la recherche montpelliéraine est un autre «plus» : OCEASOFT collabore avec le LIRMM et l’IES, deux laboratoires d’excellence. Elle est aussi partie prenante du projet d’appartement connecté «Human at Home», impliquant une centaine de chercheurs montpelliérains. L’entreprise s’intéresse aussi aux nano-satellites du Centre spatial universitaire. «Je suis un fervent adepte du “made in Montpellier“», clame Laurent Rousseau.
En savoir plus :
- OCEASOFT
- Intégrer les réseaux santé
- Montpellier Capital Santé
- Etre accompagné par le BIC de Montpellier Méditerranée Métropole
- Intégrer les réseaux du numérique
- Structurer son projet pour accéder à des financements