La transmission d’entreprises en Scop a le vent en poupe

La transmission d’entreprises en Scop a le vent en poupe

Grâce au programme mené par l’Union régionale des coopératives, les chefs d’entreprises sont de plus en plus sensibilisés à la possibilité de transmettre leur activité à leurs salarié-e-s.

Le modèle entrepreneurial coopératif séduit de plus en plus de chefs d’entreprises qui souhaitent passer la main. Un choix judicieux puisque transmettre à ses salarié-e-s, c’est réduire de 20 à 50 % le risque de voir disparaître l’activité dans les 5 ans(1).

L’Union régionale des Scop Languedoc-Roussillon met en œuvre un ambitieux programme d’actions pour favoriser et dynamiser la reprise d’activité sous statut coopératif. En 2016, avec la Chambre de commerce et d’industrie régionale (CCIR), elle a notamment publié une étude inédite(2) sur la transmission d’entreprise dans le territoire de l’ex Languedoc-Roussillon. Elle a en outre accompagné une vingtaine d’entreprises désireuses de transmettre leur activité à leurs salarié-e-s : six ont d’ores et déjà concrétisé leur projet sous la forme coopérative.

En 2017, le programme s’est poursuivi avec notamment une enquête quantitative complémentaire auprès de 20 000 dirigeants, conduite par la CCIR. Elle confirme l’existence d’un vivier concerné par la transmission et va permettre de prendre contact avec ces potentiels cédants et repreneurs. Plusieurs initiatives en ce sens sont prévues, à commencer par deux petits déjeuners d’information sur la transmission d’entreprise : l’un organisé le 16 novembre au siège de l’Union régionale des Scop, à Montpellier et l’autre le 22 novembre dans les locaux de la CCI du Gard, à Alès.

(1)    étude sur la défaillance des entreprises menée par l’organisme public Oséo (aujourd’hui BPI France) en 2010
(2)    « La Transmission d’entreprise en Languedoc-Roussillon : un enjeu majeur »

Six entreprises transmises ou reprises en Scop depuis le dernier trimestre 2016 :
•    Abattoir de Saint-Chély d’Apcher (48), abattoir
•    Carmelec (66), solutions techniques innovantes pour la mesure de la radioactivité
•    Imprimerie SEP (30), imprimeur conseil
•    Journalistes associés de la Méditerranée (JAM) (34), agence de presse
•    Pierres et tradition (34), atelier de transformation de pierres
•    Ultra Marine (34), mas conchylicole

Zoom sur… JAM
Actu en Scop
Créée en 1979 à Montpellier, l’agence de presse JAM a été reprise en Scop par ses salarié-e-s en avril.
Les arguments convaincants ne manquaient pas pour transformer la SARL Journalistes associés de la Méditerranée (JAM) en Scop : c’est chose faite depuis avril ! A l’approche du départ à la retraite du gérant Jean Lelong, prévu en octobre, la reprise en Scop s’est imposée aux salarié-e-s comme « logique », explique la journaliste Solange de Fréminville, qui a repris la gestion de la structure. «C’était inscrire dans les statuts le fonctionnement collégial qui existait déjà dans les faits et pérenniser un collectif».

Créée en 1979 par des journalistes issus de la presse quotidienne régionale, qui souhaitaient à la fois être indépendants et travailler ensemble, cette agence de presse montpelliéraine cultive en effet depuis sa naissance un esprit collaboratif. En se transformant en Scop, l’entreprise, dans une situation financière très saine, réaffirme son projet fondateur : le partage des informations et des décisions, mais aussi l’exigence d’équité.

Renforcée par le recrutement d’une jeune journaliste, l’équipe se compose de quatre permanentes, secondées par des pigistes. Elle va pouvoir continuer sereinement de couvrir l’actualité, essentiellement économique, de la région Occitanie et d’alimenter de ses articles la presse nationale spécialisée (La Gazette des Communes, Le Moniteur des TP, L’Usine Nouvelle, Entreprise & Carrières, Le Moniteur des Pharmacies…), ainsi que la presse régionale (La Lettre M, ToulEco…).

Contact presse - Aurélie Mexandeau : 04 67 06 07 57

jeudi, 14 Décembre, 2017

Partager cet article