Toutes les actualités

« La crise sanitaire m’a permis de me réinventer »

Information mise à jour le 03/05/21

Artisane-créatrice de bijoux, Sylvie Beaulard est installée depuis dix ans à Montpellier où elle a créé Merveilles, un magasin de bijoux « poétiques », situé rue du Puits-du-Temple.

Sylvie Beaulard, Artisane-créatrice de bijoux © 3M mMaugendre David

Sylvie Beaulard, Artisane-créatrice de bijoux

Trois confinements, trois fermetures. Comme beaucoup d’autres commerçants, Sylvie a été lourdement impactée par la crise sanitaire. Installée rue du Puits-du-Temple, cette artisane-créatrice tient Merveilles, une jolie boutique, au décor chaleureux et intimiste, où elle vend des broches, boucles d’oreilles et sautoirs intégrant des collages, photos ou peintures qu’elle crée selon son inspiration. Cette singularité lui vaut la fidélité d’une clientèle en quête de bijoux pas comme les autres - « poétiques », dit-elle - et représentatifs d’une tendance en vogue : la slow fashion.    
 
Mais, en mars, patatras ! « Le premier confinement, ça a été la panique. » Sylvie a donc tôt fait de réagir. Elle décide alors de digitaliser son entreprise, pour mettre en valeur l’originalité de ses créations sur son site web et elle décide de développer sa présence sur les réseaux sociaux. Voilà comment elle démarre une formation au digital à la chambre de métiers de l’Hérault, tout en faisant en parallèle le tour des dispositifs auxquels elle pouvait prétendre, pour préserver son commerce.
 
Ces aides ont été, avoue-t-elle, déterminantes. Elle a ainsi recouru au PGE et fait appel aux dispositifs immédiatement mis en place la ville et la Métropole de Montpellier. Elle ne le regrette pas.

« L’aide au loyer a sauvé ma boutique et la page que j’ai créée sur le site mis en ligne par la ville et la Métropole de Montpellier m’a amené de nouveaux clients », salue-t-elle.

Aujourd’hui, sans attendre, Sylvie prépare la sortie de crise, en s’impliquant pleinement au sein d’Au Cœur de Saint-Roch, l’association des commerçants de son quartier, dont elle est membre. Un site vitrine a déjà été mis en ligne pour resserrer les liens avec les clients. Et d’autres actions sont en préparation. « Nous voulons travailler avec la municipalité pour bien mettre en valeur notre quartier », dévoile-t-elle.

Ainsi, chez les commerçants de Saint-Roch, les idées fleurissent pour conjurer la crise. « J’espère que les consommateurs prendront conscience de l’importance du petit commerce, de l’artisanat et des produits faits main. » Pour sa part, en tout cas, elle ne ménage pas ses efforts pour qu’ils en prennent conscience.

Il y a 0 commentaire sur cette page