Toutes les actualités

Le Son de l’Encre écrit son histoire à Montpellier

Information mise à jour le 07/12/21

Le studio de post-production sonore et création musicale sur mesure a été séduit par le dynamisme de l’écosystème de la métropole de Montpellier.

photo_son-de-l-encre©3m_maugendre_david_dam0880.jpg
Ils auraient pu l’installer dans une autre ville. Mais, c’est à Montpellier que Jonathan Herlem, Paul-Antoine Perez et Thibault Faucard l’ont créé en mai 2021. Le Son de l’Encre, leur studio, est spécialisé dans la post-production sonore et la création musicale sur mesure.
 
Il vient enrichir l’offre d’un écosystème de la radio, du son et de la voix, dont le dynamisme les a largement incités à s’implanter à Montpellier. Jonathan Herlem est diplômé de l’École supérieure des métiers de l’image, du son et de la création à Paris, Paul-Antoine Perez et Thibault Faucard d’ACFA à Montpellier. Tous trois complémentaires, ils ont trouvé, disent-ils, un environnement attentif et bienveillant.
 

 « À Montpellier, nous avons senti que nous étions accueillis. Nous ne nous sommes jamais sentis seuls », soulignent-ils, avant de saluer « le soutien de la Métropole de Montpellier et celui de Coodio », le seul regroupement de France des professionnels de la radio, de la voix, dont l’objectif est de « mettre en place les conditions pour que les entreprises du secteur travaillent en synergie, collaborent et expérimentent ensemble ».

Le Son de l’Encre ne dira pas le contraire. Il occupe aujourd’hui des locaux voisins d’Audio Workshop et il a rapidement noué des collaborations avec des acteurs de l’écosystème montpelliérain, notamment Cécile Lombardi (Aparté Studio).
 
À peine six mois après sa création, le studio est déjà en phase ascensionnelle. Les commandes affluent, tant dans la création musicale sur mesure que l'enregistrement de voix (motion, publicité…) et la post-production sonore (jeu vidéo, etc.). Parmi ses clients figure également Upside Partners, un club d’experts immobiliers, basé à Paris.

« Découvrir que l’on peut lancer son studio dans un tel environnement, ça vaut de l’or », conclut Jonathan Herlem.

Il y a 0 commentaire sur cette page