La Politique Agroécologique et Alimentaire

Montpellier est engagée dans une politique de transition agroécologique et alimentaire, pour renforcer l’articulation entre "bien manger" et "bien produire" (P2A).

Une politique agroécologique et alimentaire ambitieuse et durable

Montpellier Méditerranée Métropole a engagé depuis deux ans une politique agroécologique et alimentaire de coopération. Montpellier est la 1ère métropole de l'hexagone à s’être dotée d’une telle politique publique.

Pour améliorer l’accès de tous à une alimentation saine, la Métropole et ses partenaires travaillent à développer une agriculture nourricière agro-écologique et à réorienter les produits locaux vers des circuits de distribution locaux.

Résolue à inscrire dans la durée sa Politique, la Métropole a signé à Milan en octobre 2015 le pacte des politiques alimentaires urbaines, au côté d'une centaine de villes du monde.
Valérie De-Saint-Vaulry, Chargé de mission agronomie, agriculture, circuits courts

Valérie de Saint Vaulry

Chargée de mission agronomie, agriculture, circuits courts

Les objectifs-clés de la P2A

Cette démarche porte 5 objectifs fondamentaux :
  • offrir une alimentation saine et locale au plus grand nombre,
  • soutenir l’économie, l’emploi agricole et agroalimentaire,
  • préserver le patrimoine paysager et les ressources naturelles,
  • limiter les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter au changement climatique,
  • favoriser la cohésion sociale en soignant le lien avec la nature et les liens entre ville et campagne.

Des objectifs qui doivent prendre en compte plusieurs enjeux :

Un secteur agricole en profonde mutation et en déprise
À l’échelle de la Métropole, la part des exploitations sans successeur est considérable : 477 sur 568 soit 84 %. Le phénomène touche aussi les exploitations viticoles dont le nombre a réduit de moitié en 10 ans, passant de 703 à 299, même si cette filière reste majoritaire (69% de l’ensemble des exploitations du territoire).

L'émergence du numérique
Agro-food technologie et innovation technologique : la Métropole de Montpellier s'adapte à l'émergence du numérique avec la #FoodTech regroupant des initiatives entrepreneuriales exploitant le potentiel du numérique au service du secteur alimentaire.

Une diversification importante des formes sociales de production agricole
La pratique agricole peut être une "fin en soi" (pour les exploitants professionnels), mais peut être aussi un "moyen" de nourrir d’autres objectifs, comme l’insertion sociale, ou la qualité de vie.

Une dynamique collaborative

La politique agroécologique et alimentaire construit un cadre politique commun clair et durable. Le dialogue est particulièrement riche et soutenu avec les communes, les territoires voisins (Grand Pic Saint Loup et Pays de l'Or dans un premier temps), le monde de la recherche et l’ensemble des acteurs du système alimentaire territorial. L’objectif est de mieux coopérer, d’apprendre des bonnes pratiques et d’expérimenter afin d’agir sur les leviers les plus efficaces.
 

Une politique de dimension internationale

La Métropole de Montpellier a signé en 2015 le pacte des politiques alimentaires urbaines à Milan aux côtés d'une centaine de villes du monde afin d’inscrire dans la durée sa Politique Agroécologique et Alimentaire Territoriale.
 
Ce pacte part d’une nécessité : les politiques publiques locales ont la responsabilité de prendre en compte le volet alimentaire. Les signataires s’engagent ainsi à travailler "au développement de systèmes alimentaires durables, inclusifs, résistants, sûrs et diversifiés". Objectifs : fournir des aliments sains et abordables à tous dans le rappel des droits fondamentaux, réduire au maximum le gaspillage, préserver la biodiversité et atténuer les effets du changement climatique tout en s’y adaptant.