Toutes les actualités

Montpellier : des chercheurs CNRS à la pointe de la recherche européenne

Information mise à jour le 20/06/18
Le Conseil européen de la recherche (ERC) octroie chaque année des bourses considérées comme les plus sélectives d’Europe à des chercheurs d’excellence. Les lauréats reçoivent des subventions allant de 1,5 à 2,5 millions d’euros pour cinq ans. L’objectif : leur permettre de mener des projets de recherches innovants. Avec sept lauréats dans les catégories Starting grants et Consolidator grants 2014, le CNRS est le premier organisme ainsi récompensé en Languedoc-Roussillon.
Les Starting grant récompensent les chercheurs qui ont obtenu leur doctorat depuis 7 ans maximum et qui désirent créer ou consolider une équipe de recherche. Quatre jeunes chercheurs CNRS ont été sélectionnés.
Cyrille Violle, de l’équipe Ecophysiologie comparative du système plante-sol du CEFE1 va tester l’hypothèse selon laquelle les processus de sélection artificielle des plantes domestiquées ont pu permettre de dépasser les limites physiologiques imposées à la sélection naturelle.
Benjamin Peret va rejoindre le laboratoire B&PMP2 pour s’intéresser au lupin blanc, une plante douée d’une capacité extraordinaire, produisant tout au long de sa vie de nouveaux organes afin de s’adapter à son environnement.
Nadine Laguette est responsable de l’équipe Bases moléculaires de l’inflammation associée au cancer à l’IGH3. Elle va travailler sur le rôle de l’inflammation chronique dans la progression tumorale.
Vincent Jacques a choisi le L2C4 pour son projet d’imagerie magnétique à l’échelle nanométrique à l’aide d’un spin électronique individuel. Il va utiliser les propriétés uniques de la magnétométrie à centre NV pour mener des études fondamentales en nanomagnétisme et en spintronique.
Les Consolidator grant financent des projets de recherche exploratoire, portés par des chercheurs possédant entre 7 et 12 ans d’expérience après leur thèse. Notre région compte trois chercheurs CNRSlauréats.
A l’IGMM5, Marta Radman-Livaja est responsable de l’équipe Chromatine et réplication de l’ADN. Elle cherche à savoir comment une cellule peut produire des cellules du même type après la division ou alors engendrer des cellules de types différents, comme pendant la différentiation des cellules souches.
Julie Perroy est chercheuse au sein du département Neurosciences de l’IGF6. Le projet financé par l'ERC permettra de comprendre les mécanismes moléculaires et cellulaires permettant l'encodage de l'apprentissage et de la mémoire, et proposer de nouvelles cibles thérapeutiques pour corriger des déficits cognitifs.
Samuel Alizon coordonne l’équipe Evolution théorique et expérimentale au sein du groupe Santé et évolution de MIVEGEC7. Il utilise des approches d'écologie et d'évolution pour comprendre le déroulement des infections par les papillomavirus humains et la robustesse des politiques de santé à l'évolution virale.
Quatre autres chercheurs travaillant dans des laboratoires du CNRS et employés dans des établissements partenaires sont également lauréats de bourses ERC. Il s’agit de Pau Bernardo, Jérôme Bonnet et Sébastien Granier de l’INSERM et de Fabien Joux de l’Université Pierre et Marie Curie.
1 Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS / Université de Montpellier / Université Paul-Valéry Montpellier 3 / EPHE)2 Biochimie et physiologie moléculaire des plantes (CNRS, INRA, Université de Montpellier, SupAgro)3 Institut de génétique humaine (CNRS)4 Laboratoire Charles de Coulomb (CNRS, Université de Montpellier)5 Institut de génétique moléculaire de Montpellier (CNRS et Université de Montpellier)6 Institut de génomique fonctionnelle (CNRS, Université de Montpellier, INSERM)7 Maladies Infectieuses et Vecteurs : Ecologie, Génétique, Evolution et Contrôle (CNRS, IRD, Université de Montpellier)
CNRS - Contact presse - Aurélie Lieuvin : 04.67.61.35.10