Toutes les actualités

La Métropole aide les jeunes entreprises à passer la crise sanitaire

Information mise à jour le 22/10/20

Les entreprises de moins de 3 ans ne sont pas toutes éligibles aux dispositifs d’aides publiques. Alors, pour les aider à passer la crise, la Métropole a mis en place un plan de soutien avec 4 associations d’aide à la création d’entreprise. Présentation.

La Métropole aide les jeunes entreprises à passer la crise sanitaire
La rentrée promettait d’être difficile. Voilà pourquoi aux plans de soutien qu’elle a déjà mis en place, Montpellier Méditerranée Métropole en a ajouté un autre, à l’attention spécifique des entreprises de moins de trois ans.
 
Traditionnellement, pour les entreprises, les trois premières années sont déjà les plus délicates à passer. La crise sanitaire, en impactant l’ensemble du tissu économique, les a fragilisées davantage. Une récente enquête de l’Association pour le Droit à l’Initiative Économique (Adie) le confirmait. Réalisée auprès de 2 000 créateurs d’entreprise, elle dressait un portrait alarmant. 96 % d’entre eux avaient dû cesser totalement ou partiellement leur activité pendant le confinement, alors que 80 % étaient déjà en difficulté. En outre, 50 % des sondés n’étaient pas éligibles au fonds de solidarité de l’État et 44 % ne disposaient d’aucune autre source de revenus.
 
Dans l’urgence sociale et économique, l’action publique prend tout son sens. Montpellier Méditerranée Métropole a donc décidé de les aider. Elle a noué des conventions avec quatre des grands acteurs de l’aide à la création d’entreprise qu’elle finance déjà dans le cadre de développement économique et d'insertion : l’Association pour le droit à l'initiative économique (Adie) Occitanie, France Active Airdie Occitanie, BGE Montpelier Cœur d’Hérault et Initiative Montpellier Pic Saint-Loup (IMPSL), afin d’aider en dernier ressort les entreprises de moins de trois ans à passer la crise, dès lors qu’elles ne sont pas éligibles aux dispositifs publics et qu’elles sont installées sur le territoire de la métropole.
 
Les dispositifs mis en place, non cumulables, s’articulent autour de prêts d’honneur à 0% et de sessions de formation pour les aider à rebondir. Ils courent jusqu’à la fin de l’année 2020. Car, c’est dès à présent qu’il faut agir.

Prêts d’honneur à 0% : le cadre

Trois des quatre associations, avec lesquelles Montpellier Méditerranée Métropole a contractualisé, sont chargées de mettre en place les prêts d’honneur à taux 0. Il s’agit de l’Adie, France Active Airdie Occitanie et l’IMPLS.
 
Toutes trois ayant des modes d’intervention et d’accompagnement propres à leur histoire et leurs missions, Montpellier Méditerranée Métropole en a tenu compte, en leur fixant cependant un même objectif : aider au moins 20 entreprises chacune, via les fonds créés avec elles. Aussi, les associations doivent se concerter sur les dossiers qu’elles reçoivent, en vue de déterminer laquelle d’entre elles s’en occupera au regard de leurs savoir-faire spécifiques.
 
Cela fait, la délivrance d’un prêt est également subordonnée au projet que l’entreprise a établi pour sortir de la crise ou la surmonter.

Un différé de remboursement jusqu’à 24 mois

Point très avantageux, inclus dans les trois conventions : les prêts sont, tous, assortis d’un différé de remboursement pouvant aller jusqu’à 24 mois. Bien que sa durée puisse varier d’une association à l’autre, ce différé permet aux entreprises bénéficiaires d’avoir le temps de se relever et de reconstituer leur trésorerie, avant de commencer à rembourser.

Les sessions de formation du dispositif BGE

En complément des fonds dédiés aux prêts d’honneur, Montpellier Méditerranée Métropole a mis en place avec à BGE Montpellier Cœur d’Hérault des sessions de formation à l’attention des entrepreneurs impactés par la crise.

Pour chaque association, un fonds spécifique a été créé :

Il y a 0 commentaire sur cette page